Archive for avril, 2008

Shakespeare rajeunit

Lundi, avril 28th, 2008

Plus de quatre siècles après leur création, plusieurs pièces de William Shakespeare viennent d’être réécrites “dans la langue des jeunes” par un écrivain britannique, au risque de faire hurler les puristes.

Martin Baum a rassemblé quinze pièces du plus grand dramaturge britannique, en donnant au passage un coup de jeune à une langue réputée ardue, et redoutée par des générations d’élèves. Titre de l’ouvrage: “Etre ou ne pas être, quoi: un guide de Shakespeare dans la langue des jeunes”.

L’auteur puise abondamment dans la syntaxe approximative, le vocabulaire parfois fleuri et la prononciation relâchée de la génération SMS. “Hamlet” perd son “h”, le célèbre “Etre ou ne pas être” se voit affublé d’un “quoi” peu shakespearien, et dans cette tragédie, il y a désormais quelque chose de “dégueulasse” - et non plus “pourri”- au royaume du Danemark.

Les “Deux gentilshommes de Vérone” deviennent de simples “mecs cools”. Quant aux familles Montaigu et Capulet qui s’affrontent dans “Romeo et Juliette”, “vu qu’elles passent leur temps à se bagarrer et tout ça, le prince de Vérone leur a dit de la mettre en veilleuse”.

“Je ne cherche pas à mener une croisade ou quoi que ce soit, mais si je peux aider à susciter un intérêt pour Shakespeare, je ne crois pas que ce soit une mauvaise chose”, a déclaré l’écrivain dans un quotidien du sud de l’Angleterre, le Bournemouth Daily Echo.

“Je sais que les intellectuels vont avoir du mal à digérer” les aménagements linguistiques du livre, ajoute-t-il. “Je l’ai donné à l’un d’entre eux et il m’a dit qu’il se sentait coupable de l’avoir trouvé drôle”…

Dans le même esprit, une maison d’édition britannique a présenté mi-avril des versions “manga” de pièces du génie de Stratford-upon-Avon, très populaires chez les jeunes lecteurs en Grande-Bretagne et en Asie.

Un prêtre à tenté un vol avec mille ballons

Vendredi, avril 25th, 2008

L’armée de l’air brésilienne a mis fin jeudi aux recherches d’un prêtre catholique disparu en mer en tentant un vol accroché à un millier de petits ballons gonflés à l’hélium, alors que les fidèles multipliaient leurs prières.

D’importantes recherches avaient été lancées dès dimanche soir dans l’Etat du Parana (sud du Brésil) après la disparition du prêtre, Adelir de Carli, 41 ans, parti pour un vol qui devait durer une vingtaine d’heures.

La famille du prêtre a indiqué jeudi avoir affrêté un avion privé pour continuer les recherches dans une zone où quelques-uns des ballons ont été repérés au large des côtes de l’Etat de Santa Catarina.

Dimanche, alors que les conditions météorologiques étaient mauvaises, Di Carli, équipé d’un casque et d’une combinaison d’aérostier, est parti de Paranagua dans l’Etat du Parana en direction de l’ouest mais il a été rapidement emporté dans les airs et poussé vers la mer en direction du sud-est où il a disparu.

Huit heures après le décollage il a été porté disparu par les autorités portuaires. Au cours de son dernier contact radio avec la police, dimanche soir, le prêtre avait signalé des problèmes. Il avait un GPS mais ne savait pas s’en servir.

Jeudi, les paroissiens de Di Carli ont redoublé les prières pour retrouver le prêtre en vie, après l’annonce de la fin des recherches par l’armée de l’air.

Le 13 janvier, le prêtre aérostier accroché à 500 ballons avait déjà parcouru avec succès une distance de 110 km entre une localité du Parana et la ville de San Antonio en atteignant une altitude de 5.000 mètres.

L’exploit du père De Carli était destinée à figurer dans le livre des records, le Guiness Book, pour recueillir des fonds pour la construction d’une maison de retraite pour des routiers, à l’initiative de la Pastorale des Routes qui fournit une aide spirituelle aux chauffeurs de poids lourds qui passent quotidiennement à Paranagua, l’un des principaux ports du Brésil.

Tony Blair le grugeur, contrôlé dans un train, sans ticket ni argent

Mercredi, avril 23rd, 2008

Tony Blair, ancien Premier ministre britannique s’est retrouvé dans une drôle et plutôt embarrassante situation. Alors qu’il se trouvait dans un train, il a été contrôlé par un responsable. Il n’avait ni ticket, ni même l’argent nécessaire sur lui pour en faire l’achat, a affirmé The Daily Mail mercredi le 23 avril 2008.

Il était monté à bord d’un train en direction de l’aéroport voisin d’Heathrow, afin de se rendre aux États-Unis, sans même avoir acheté préalablement un ticket d’embarquement. Il n’est pas obligatoire d’avoir un billet avant d’entrer dans le train Heathrow Express, il est possible d’en faire l’achat directement au contrôleur présent dans le véhicule de transport. D’après ce qu’on a pu lire dans le Daily Mail, Tony Blair n’avait pas l’argent complet pour payer le ticket qui coûte 24,50 livres, soit l’équivalent de 30,50 euros.

Le porte-parole de l’ancien premier ministre a mentionné que le garde du corps de Monsieur Blair s’était offert de payer le montant du ticket, mais le contrôleur avait simplement dit, par la suite, qu’il n’était pas nécessaire de payer, qu’il pouvait voyager gratuitement sur le train !

Espérons que pour son prochain voyage en train, il aura quoi payer !

Un conducteur sans permis quitte la prison au volant d’une voiture

Jeudi, avril 17th, 2008

Un sexagénaire incarcéré pour défaut de permis de conduire a quitté la prison des Baumettes, à Marseille, au volant d’une voiture sous les yeux incrédules des gendarmes qui l’ont pris en filature.

Selon le journal La Provence, le multirécidiviste était notamment écroué pour “conduite malgré une annulation de permis”.

L’homme a bénéficié d’un régime de semi-liberté qui l’autorisait, tous les matins, à quitter l’établissement pénitentiaire pour se rendre sur les lieux de son travail.

Les gendarmes, qui l’ont pris en filature dans le cadre d’une autre affaire, l’ont interpellé à une trentaine de km de la cité phocéenne. Leur enquête a établi que l’individu avait également fourni de faux certificats de travail et de faux bulletins de salaires pour bénéficier de son régime de semi-liberté.